On parle de “bloc moteur” lorsque l’ensemble vilebrequin + boîte forme un ensemble indissociable, contrairement au moteur “boîte séparée” où l’on trouve le moteur d’un côté et la boîte de l’autre, dans des carters différents.

L’avantage ? La compacité d’abord. La simplicité également : un bloc renferme également la transmission primaire et l’embrayage, contrairement à un “boîte sép” où ces éléments sont parfois visibles de l’extérieur lorsqu’ils ne sont pas protégés par un cache en tôle, voire un carter indépendant. Ce beau bloc Viratelle lyonnais à refroidissement liquide a plus de cent ans d’âge, l’auriez-vous cru ?

À lire :

Petites réparations mécaniques